anipassion.com
Partagez | 
 

 ✿ I'm Poppy. And, fuck you. ✿

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 07/02/2015
Messages : 69
Ft : Ellen Page ♥
Disponibilité : Disponible !
Fiche : I'm Poppy.
Liens : I like you.
Couleur : #E08F8F

MessageSujet: ✿ I'm Poppy. And, fuck you. ✿   Lun 9 Fév - 16:50


Ayleen Poppy Lowe



Tu penses me connaître ?

➸ Prénom(s) : Ayleen, Poppy
➸ Nom : Lowe
➸ Âge : 25 ans
➸ Groupe : Apéliote
➸ Emploi : Entretien une partie des arbres.

➸ Avatar : Ellen Page


Ayleen n'est pas une jeune femme très souriante, en général, on la voit comme une déprimée de base mais c'est faux. La pulsion de vie qui l'anime ne peut pas être contenue, elle ne veut simplement pas la partager avec n'importe qui, si bien qu'on peut souvent la surprendre à sourire seule, en observant quelque chose, lorsqu'elle pense que personne ne la regarde. Ayleen est une solitaire et les bois lui permettent de vivre avec aisance cette envie de solitude. Sans qu'elle ait besoin de tout partager avec les autres. Ayleen rêverait d'être une égoïste, elle rêverait de parvenir à ne penser qu'à elle, elle rêverait de guérir les blessures de son cœur seule, mais... Elle ne peux que regarder les autres et leur tendre la main. Uniquement si elle détecte chez eux ce petit truc... Ce petit truc en plus, cette flamme, cette lumière, ce désir ardent de vivre. Ayleen est une passionnée, et de la passion, elle tire toute sa force. Elle sait tenir debout et retomber sur ses pieds peu importe la solution, peu importe ce que ça lui coûte. Ayleen est également une grande indécise, blanc ou noir, mal ou bien, lumières ou ténèbres, pourquoi faut-il toujours choisir ? Pourquoi la vie est-elle si manichéenne ? Elle a également une très forte tendance à fouiner un peu partout. C'est une grande curieuse, oui, mais peut-être qu'après tout, elle ne cherche que des personnes avec qui elle pourra partager ce qu'elle est. Ce qu'elle est vraiment à l'intérieur. Une étoile...


Que sais-tu de moi ?

➸ Prénom/Pseudo : Astrae(mentalo)
➸ Âge : Assez pour faire des bêtises.
➸ Comment tu as débarqué sur le forum : Hm...
➸ Quelque chose à changer sur celui-ci : Le Staff !
➸ Mot de la fin :


.........................................................................................................................



Dernière édition par Ayleen P. Lowe le Jeu 12 Fév - 16:41, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://battlecry.forumactif.com/
avatar
Date d'inscription : 07/02/2015
Messages : 69
Ft : Ellen Page ♥
Disponibilité : Disponible !
Fiche : I'm Poppy.
Liens : I like you.
Couleur : #E08F8F

MessageSujet: Re: ✿ I'm Poppy. And, fuck you. ✿   Lun 9 Fév - 16:50


Ayleen Poppy Lowe



I WISH UPON A STAR



Maman, ne pleure pas, j'ai quelque chose à te dire... Je sais à quel point tout ce que tu as traversé était dur et je ne peux m'empêcher de me dire que tout aurait été différent ailleurs. Peut-être que tout aurait été pire, peut-être bien mais il faut que tu m'écoutes. Il faut que je laisse parler mon cœur, c'est ce que tu disais, non... ? Si j'avais été un oiseau, j'aurais été libre...

Melody regarde son époux et sourit, enfin, ils sont parvenu à réaliser leur rêve malgré toutes les épreuves qui leur ont barré la route. Enfin ils ont un enfant. Et, croyez-le ou non, c'était loin d'être gagné. Les parents de Melody, n'ont jamais accepté l'idée qu'elle puisse épouser un autre que l'un des leur. « Ça ne se fait pas. Es-tu folle ma pauvre fille ? Qui reprendra les ruches si tu t'en vas ? » Melody adorait ses parents, mais il n'était pas question qu'ils se mettent en travers de son amour inconditionnel pour Connor. Cela faisait des années qu'ils se voyaient en cachette, et elle était adulte à présent, en tout cas juste assez pour décider qu'elle ferait ce qui lui plairait. Et c'était lui qui lui plaisait.

Melody et Connor, c'était l'histoire d'un amour adolescent, d'une jeune fille un peu intrépide et d'un garçon fou amoureux d'elle. Ils s'étaient rencontrés près de chez Melody, près des ruches de ses parents, au milieu d'un pré parsemé de coquelicots. Et de cet amour absolu avait résulté une relation qui, malgré de terribles hauts et bas avait tenu bon, toujours aussi passionnée, toujours aussi magique.

N'importe quel enfant aurait voulu naître dans un milieu aussi aimant, dans un milieu où on l'aurait attendu avec tant d'impatience mais... Deux ans avant la naissance de Poppy, Melody était tombée enceinte. La grossesse se passait à merveille, aussi belle qu'une grossesse puisse être, presque jusqu'à son terme. Mais le destin en décida autrement. Une nuit, Melody fut prise d'abominables douleurs et lorsque Connor la conduisit jusqu'à Notos, il était déjà trop tard. Ayleen était perdue. Les médecins n'avaient pu la sauver. La chambre et les jouets préparés pour la petite se mirent à prendre la poussière mais le couple, au bord de la rupture, décida de tenter une nouvelle fois. Dès qu'elle apprit qu'elle était de nouveau enceinte, Melody resta à la chapelle des jours durant, priant les étoiles de guider son enfant. Et, quelque mois plus tard, Ayleen Poppy Lowe était née.

Longtemps, ses parents l'appelèrent Poppy, en souvenir des coquelicots de leur rencontre, tant et si bien qu'Ayleen n'apprit que très tard que Poppy n'était que son second prénom. Lorsque la petite découvrit l'origine de son véritable prénom, on imagina toutes sortes de choses, mais sans doute pas la réaction étrange qu'elle eut... « Tu sais Maman, moi je suis contente de m’appeler Ayleen. On dira que ma grande sœur vit un peu en moi comme ça ! » À cet instant précis, Connor et Melody surent que Poppy n'était pas comme les autres. Qu'elle avait... Ce petit truc en plus qu'ils avaient aimé l'un chez l'autre. La fougue, l'intrépidité, la douceur, aussi, mais plus que tout :
Poppy était une passionnée.



I CAN'T LEAVE WITHOUT YOU



Poppy, ne pleure pas, j'ai quelque chose à te dire... Les mots sont parfois durs à formuler et ils ne traduisent pas ce qu'on ressent avec exactitude. Je t'aime. Autant qu'on puisse aimer quelqu'un, plus encore. Je dois partir, je ferais tout mon possible pour revenir mon amour, mais si je ne reviens pas sache que, chaque seconde où tu auras peur, chaque seconde où tu penseras que tu seras seule, je veillerai sur toi. Je te guiderai et Papa sera là. Je te le promets, tu ne seras jamais toute seule Poppy.

Lorsqu'on fit passer l'information à Melody, Poppy avait quinze ans, sa mère devait partir à l'Arena. Elle avait été tirée. Et aussi courageuse et aventureuse que fut Melody, elle se savait bien incapable de tuer, même en se disant que tuer pourrait la ramener près des gens qu'elle aimait, elle ne voulait pas faire du mal. Alors elle demanda à Poppy de l'accompagner seule jusqu'à l'entrée de l'Arena, où tout Apéliote la salua et lui souhaita bonne chance. Mais tout Apéliote, ça ne voulait rien dire, même sa famille n'était pas venue. Connor n'était pas là. Melody lui avait déjà fait ses adieux elle ne voulait pas le voir ici. Elle ne voulait pas lui faire subir ça en public, ça n'avait pas de sens. Mais elle voulait donner un peu d'espoir à Poppy, lui faire comprendre que même si elle ne revenait pas, des dizaines de personnes seraient près d'elle et qu'ils l'aideraient tous à surmonter sa peine.

Tout cela sonna Poppy. Elle ne voulu pas réaliser. Et, entre l'instant où sa mère entra dans le bâtiment et l'instant où son père lui annonça qu'elle ne reviendrait définitivement pas, chez eux, elle ne comprit même pas combien de temps avait pu passer. Ç'aurait pu être cinq minutes comme dix ans, ça n'aurait rien changé. Elle était partie et tout s'était fait si vite... « Poppy, regarde-moi, je t'en prie... » L'adolescente releva les yeux pour toiser son père. Non, elle ne pouvait pas. C'était trop dur, personne n'aurait dû avoir à vivre cela. Elle n'y arriverait pas, et voilà tout ce que transmettait son regard à la fois. Elle le suppliait de l'aider. De la prendre dans ses bras. De rompre ce silence. De l'aider à porter cette douleur immenser. Elle secoua la tête lentement puis baissa les yeux. « Ne m'appelle plus Poppy. Je ne veux pas me forcer à être Poppy si elle n'est plus là. » Le père prit alors sa fille dans ses bras et il la serra aussi fort qu'il pouvait.
Ayleen n'était pas seule.



I'M NOT A LITTLE GIRL ANYMORE



Papa, ne pleure pas, j'ai quelque chose à te dire... J'aimerai grandir, j'aimerai tellement que tu cesses de me voir comme une enfant. Je ne suis pas un papillon aux ailes brisées, non, je veux voler, je veux voir, je veux sentir et découvrir. Je veux aimer et détester, je veux pleurer et rire... Mais plus que tout je veux vivre.

La peau du jeune homme caressait la sienne, ses doigts posés contre ses hanches, nus l'un contre l'autre, se découvrant, tout entiers. « Ne me laisse pas, je t'en prie... » L'amour, c'est comme ça qu'on le dit. Le plus pur, le plus sincère, mais... Ayleen ne pouvait cesser de penser qu'aimer, c'était perdre. Aimer, c'était souffrir. Aimer, c'était chérir et mourir. Elle voyait à chaque instant son père tomber en poussière, tous les jours, et toutes les promesses du monde n'auraient suffit à la rassurer. « J'ai peur, tu sais... » Peur de quoi ? Elle n'aurait su le formuler. Peur de le laisser, peur qu'il la laisse, et maintenant qu'il avait fait d'elle une femme, qu'adviendrait-il ? Partirait-il vers d'autres horizons ? Serait-il appelé à l'Arena ? Et si c'était elle ? Et s'il n'était pas le bon ? Son coeur lui soufflait tellement de choses en même temps qu'elle n'aurait su les écouter et les différencier. « Je t'aime Ayleen. Que tu le veuilles ou non. C'est ainsi aujourd'hui et ce sera toujours comme ça. Peu importe le temps qu'il te faudra. Peu importe si tu veux découvrir le monde, si tu veux en découvrir d'autres. Tu auras toujours cette place tout particulière dans mon cœur. » Elle posa ses mains contre son torse, et releva les yeux pour le dévisager, il venait de lui promettre l'éternité, mais l'éternité existait-elle ? Et serait-ce vraiment elle, pour toujours ? Et si le temps d'une vie ne suffisait pas pour prendre une décision ? Il ne pouvait pas laisser sa vie entre parenthèses sous prétexte qu'elle n'était pas capable de savoir ce qui était bon ou mauvais pour elle... Pourtant, vu l'intensité incroyable de son regard, elle en l'aurait juré : il ne changerait pas d'avis.

« Tant que tu ne choisis pas, tout reste possible. Tu ne devrais pas choisir entre lui et un autre, Ayleen. Tu devrais toujours te choisir toi. N'écoute que ton cœur. » Mais et si son cœur était égoïste ? Si son cœur se trompait ? Les mots de son père lui revenaient en tête mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il avait peut-être tort. Que la vérité ne résidait peut-être pas dans son cœur. Et ça la terrifiait. « Pardonne-moi de ne pas savoir... » Elle tendit la main pour caresser sa joue lentement et il lui rendit un sourire qui la brisa intérieurement, comment pouvait-elle lui faire ça ? Comment pouvait-il le supporter ? « Je ne peux jouer tout mon avenir sur une seule décision... » Il prit sa main dans la sienne et y déposa un baiser, ne la quittant pas des yeux, ses doigts courant dans son dos. « Je le conçois et ne pense pas que je t'en veux. Je sais que tu me reviendras, je veux y croire, et peu importe le temps que ça prendra, je veux que tu sois sûre que c'est ce que tu veux lorsque ça arrivera. »
Y a-t-il plus bel amour qu'un amour éternel ?



I CAN'T BREATHE



Ayleen, ne pleure pas, j'ai quelque chose à te dire... J'ai besoin de me sentir encore en vie. Ces bois m'étouffent. J'ai besoin de retrouver un sens à ma vie. Aide moi. Guide moi. Mais si je pars, chéris tous ceux qui t'ont aimée, chéris tous ceux qui t'ont soutenue. Je fais le vœu de te revoir et... Je sais que les étoiles nous écoutent.

Un jour, alors que son père était à la maison, Ayleen le retrouva en larme, en morceaux. Brisé. Détruit. Ravagé. Alors seulement elle comprit ce que le départ de sa mère avait laissé. Il était une moitié perdue. Comme si une partie de son cœur avait sombré dans les limbes. Croyant bien faire, Ayleen lui parla de la rumeur selon laquelle on allait former des équipes d'exploration à Borée et, même si les Apéliotes étaient terriblement mal vus, le don de son père pour se repérer en pleine nature pourrait leur être utile. Alors, lorsqu'il fut accepté dans l'équipe, elle l'accompagna à tous les entraînements, toujours discrète mais présente. Et lorsqu'il s'en alla, il lui laissa la seule chose qui lui restait de sa mère : une vieille guitare et ça suffisait à Ayleen, elle n'avait pas besoin de plus. Elle voulait simplement être sûre que son père se trouve un nouvel objectif dans la vie, une nouvelle raison d'exister avant de sombrer, mais...

Connor ne revint pas. On déclara vite tous les membres de l'expédition perdus, décédés. Il n'y eut pas de mots alors pour décrire la culpabilité assassine qui s'empara du cœur d'Ayleen. Comment avait-elle pu penser que le monde pourrait être plus doux dehors ? Comment avait-elle pu penser que son père serait plus en sécurité là bas ? Comment avait-elle pu le laisser partir, l'encourager à partir ? Elle s'assit sur une chaise du petit salon de bois et fixa l'extérieur. « Il n'est pas parti. Il est encore en vie. Il est encore là. Quelque part. Je le sais. Jamais il ne me laisserait. Non, jamais. » Elle ne pouvait pas se faire à l'idée qu'elle avait poussé son père dans l'obscurité... Et, lorsqu'elle retourna à Borée, cherchant le moindre indice sur la disparition de l'équipe, elle fit face à une terrible rengaine. « Tout cela, c'est de la faute de ce maudit Apéliote. Il était censé les guider. Il était censé les ramener à la maison. Maintenant ils sont tous morts. » N'était-ce pas tout simplement terrible de lui dire ça ? De lui crier ça ? De la menacer ? De l'insulter ? Mais Ayleen tenait bon, elle n'avait pas peur. Elle était en colère. « Et eux devaient le protéger ! Ils ne sont pas morts ! Ils reviendront ! J'en suis certaine ! » Personne ne la prenait au sérieux. C'était une bouteille à la mer, un cri éclatait en éclats et se perdaient dans les échos de la ville. Il fallait qu'il revienne. Il ne pouvait pas la laisser. Elle ne pouvait pas se retrouver seule, elle ne savait pas vivre sans protéger, sans aimer. Elle ne savait pas vivre en ne pensant qu'à elle...
Oh, Papa, je t'en prie...


.........................................................................................................................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://battlecry.forumactif.com/
 

✿ I'm Poppy. And, fuck you. ✿

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trèfle Greengrass ~ « “Trèfle” de plaisanterie, comme dirait un lapin dans un carré de luzerne... »
» POPPY ϟ In the end, betrayal is the only truth that sticks
» POPPY-LYNE ☎ Allez Allez ! Remuez-vous ! Si le Bon Dieu vous a donné une paire de nibards, c’est pour les secouer !
» A. POPPY-TWILL SILVER ► jenna-louise coleman
» Petit rayon de soleil [Pv Sorcha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dans les Tréfonds du Monde :: Éclairer son chemin :: Inscriptions validées-